L'intermittence

      

  • L'intermittence d'une énergie renouvelable (EnR) désigne son incapacité à assurer une production constante d'électricité. Il en va ainsi de l'éolien et du solaire, dont les productions cessent respectivement en l'absence de vent et la nuit. Cette intermittence est un problème majeur pour les distributeurs d'électricité qui ont besoin de sources constantes et à tout moment de quantités prévisibles d'électricité disponible. Par extension, ce terme s'applique également à l’extrême VARIABILITÉ des ressources renouvelables (vent, soleil).

  • Éolien et solaire sont des sources intermittentes NON PILOTABLES par opposition aux sources constantes PILOTABLES (nucléaire, fioul, gaz, charbon, hydraulique) dont certaines sont aussi renouvelables comme l'hydraulique.

  • En l'absence de capacités de stockage massif de l'électricité produite par les EnR, sa production est utilisée en priorité (lors des pics de production) mais elle doit absolument être compensée par des sources d'électricité pilotables (centrales à gaz le plus souvent, émettrices de CO2)  lors de l'effondrement de sa production, comme en régime de vents faibles pour l'éolien.

 

  • En effet, dans tous les cas , les réseaux de transport et de distribution doivent impérativement maintenir un équilibre entre production et consommation d'électricité.

Le facteur de charge éolien correspond au rapport entre le maximum d'énergie que peut produire l'éolienne (puissance nominale) et l'énergie réellement produite.

Autrement dit, un facteur de charge de 20 % signifie que l'éolienne n'a donné sa pleine puissance qu'1 jour sur 5.

(en France)

Ce graphique montre l'extrème variabilité de la production éolienne selon le mois, en dessous de 20 % de mai à septembre !

Source RTE bilan 2019

Le concept de foisonnement, remède à l'intermittence et à l'absence de stockage ?

C'est ce que les acteurs de l'éolien industriel souhaitent démontrer !

  • Le foisonnement est une technique qui consiste à implanter des éoliennes dans différents régimes de vent.

  • Au niveau national, on diminuerait ainsi les risques de manque de production sur une zone géographique, en la compensant par la production sur une autre zone géographique. L'objectif est de lisser la courbe de production. (source Ademe)

  • Grace aux interconnexions trans frontalières, la production éolienne pourrait se répartir sur l'Europe entière, cette mutualisation des capacités permettant une meilleure régularité de sa production (source FEE, France Energie Eolienne)

Extrait livret FEE (France Energie Eolienne)

L'intermittence et la variabilité de l'éolien. 

Jean-Marc Jancovici auditionné par la "Commission d'enquête sur le coût réel de l'électricité" du Sénat en Mars 2012 fait le point sur le thème du foisonnement en Europe.

Annotation 2020-06-03 151729.png

Le foisonnement éolien : mythe ou réalité ?

Intermittence et foisonnement de l’électricité éolienne en Europe de l’Ouest. Quelles compensations espérer entre pays ? Qu’attendre du stockage de l’électricité intermittente sous forme d’hydrogène ?

On ne peut raisonnablement pas compter sur le foisonnement :

En février 2013, on peut mesurer sur le graphique ci-contre que le régime des vents était distribué de manière homogène sur l’ensemble du continent, du nord au sud.(Bruno Ladsous pour Énergie Vérité)

energiewende.png

Peut-on s’accommoder de l’intermittence des Énergies Renouvelables ? 

L'allemagne, un exemple à ne pas suivre...(F.Poizat, Sauvons le climat)

Et en Corrèze ?

Rappel sur le fonctionnement des éoliennes

  • Les éoliennes se mettent à tourner lorsque le vent atteint la vitesse de démarrage, en général 14 km/h (3 m/s), et s'arrêtent quand les vents dépassent la vitesse d'arrêt (pour raisons de sécurité), à savoir 90 km/h (25 m/s).

  • L'éolienne délivre son maximum de puissance (puissance nominale) pour des vents d'au moins 45 km/h.

La carte des vents moyens confirme que notre territoire est une zone peu ventée et que  la Corrèze n'est pas un territoire adapté à l'industrie éolienne avec des vitesses de vents moyens inférieurs à 16 km/h. 

Les diagrammes ci dessous (climat modélisé basé sur 30 ans de simulation par heures) donnent une assez bonne approche de l'ordre de grandeur du nombre de jours mensuels selon la vitesse du vent. Exemple choisi : Peyrelevade.

On constate que, en moyenne,  le nombre de jours mensuels pendant lesquels on peut espérer un rendement maximal des éoliennes (vent supérieur à 45 km/h)  est très faible, quasi nul de mai à septembre et de l'ordre de 6 jours/mois le reste de l'année.

Les difficultés d'exploitation du seul parc éolien de Corrèze s'expliquent par un "gisement" de vent insuffisant pour assurer sa rentabilité.

Vents supérieurs à 38 km/h

Vents supérieurs à 50 km/h

Adresse Postale

AGIR POUR LE PLATEAU DES ETANGS

                 6 COUDERT Bas

 19320       CLERGOUX,         FRANCE

Nos coordonnées

T : 06 84 62 72 51

 

© 2018 par

Nathalie Mespoulet

 

  • facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus