Page mise à jour le 2 avril 2021 

St Priest.PNG

PROJET DE

SAINT-PRIEST-DE-GIMEL (Puy de l'Aiguille)

Capture.PNG
  • Le promoteur Eole-RES (qui deviendra RES, groupe britannique, en Novembre 2015) approche en 2011 les municipalités de Saint-Priest-de-Gimel, Gimel les Cascades, Saint-Martial-de-Gimel en vue d’un projet éolien sur le site du Puy de l'Aiguille, 605 m, plus haut sommet local, au cœur d’un massif forestier, au Sud Est du bourg de Saint-Priest de Gimel, à 700 m des premières habitations.

 

  •  Un mât de mesure anémométrique (hauteur 100 m) est installé à la mi-2013.

 

  • Le conseil municipal de Gimel-les-Cascades refuse le pré-projet dés 2014.

 

 

  • En juin 2016, le rapport de la DREAL conclut à un dossier incomplet et irrégulier.

 

 

 

 

 

  • Recours de riverains contre l’autorisation de défrichement délivrée le 06 juillet 2017 par la DDT de Corrèze en raison de la présence de captages, de sources et de zones humides sur le périmètre du site au Puy de l’Aiguille.

carte st priest.PNG

Site du Puy de l'Aiguille (extrait résumé non technique 2017)

E1 E2 E3.PNG

Site du Puy de l'Aiguille (extrait résumé non technique 2017)

mat 2.PNG

AVANT........ET  APRES les éoliennes

mat st priest.PNG

Photomontages réalisés pour Agir pour le Plateau des Etangs par Frederik Dain (architecte) 

A ce jour, 3 litiges restent en attente de jugement (31 mars 2020) :  

  • La procédure initiée par RES le 3 mars 2018 devant le Tribunal administratif de Limoges contre le refus du 3 janvier 2018 par le Préfet de l'autorisation d'exploiter le parc éolien reste en attente d’une date d’audience du TA. L’association agit dans ce litige comme intervenant volontaire en soutien au Préfet.

  • Le recours contentieux, contre le refus du permis de construire (cf. courrier du Préfet le 6 février 2017), lancé par le promoteur RES a été jugé en sa défaveur par le Tribunal administratif de Limoges le 31 octobre 2019. Mais, le 3 janvier 2020, RES a fait appel de la décision du TA auprès de la Cour administrative d'appel de Bordeaux. Donc, ce dossier continue devant la CAA.

  • Le recours de RES, contestant la décision du TA de Limoges de rejet relative à l’autorisation de défrichement, se poursuit devant la Cour administrative d’appel de Bordeaux. La société RES a déposé un mémoire le 10 janvier 2020. Et, le 20 janvier 2020, le Ministère de l’Agriculture et de l’alimentation a déposé un mémoire concluant notamment au non-lieu à statuer sur la demande de la société RES.

  •  Bien que l’enquête publique, la décision de la CDNPS et les jugements du TA de       Limoges lui soient défavorables, le promoteur fait systématiquement appel. Nous devons rester inlassablement en alerte.

       Cette lutte est donc loin d'être terminée.

mat de mesure St Priest.PNG

Site du Puy de l'Aiguille : mat de mesure

puy de l'aiguille photo.PNG
 

A l'horizon, le Puy de l'Aiguille

  • Suite au recours lancé par le promoteur RES contre l'arrêté du préfet refusant l'autorisation d'exploiter 3 éoliennes au sommet du Puy de l'Aiguille, le tribunal administratif de Limoges a décidé le 28 décembre que l'intervention volontaire de notre association en soutien au préfet était bien admise (alors que RES voulait démontrer son irrecevabilité) et de rejeter la requête de RES.

  • Pour fonder leur décision, les juges s'appuient essentiellement sur les difficultés d'insertion paysagère en lien avec la richesse en patrimoine bâti et non bâti de la zone retenue.

  • Même si rien n'est encore définitivement joué cette première manche est  gagnée !

  • 28 mars 2021: Le promoteur RES ne fait pas appel de la décision du TA de Limoges, jette l'éponge et abandonne le projet du Puy de l'Aiguille.

 

décision TA limoges st priest.jpg

Décision du TA de Limoges du 28 décembre 2020

la vie correzienne.png

2021    

2021    

2021    

2021